INosocomiales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

INosocomiales

Message  mima66 le Mer 30 Avr - 19:16

Lutte contre les infections nosocomiales

Un programme à l’échelle mondiale

Un programme de lutte contre les infections nosocomiales vient d’être lancé à l’échelle planétaire, sous l’égide de l’OMS, par l’Alliance mondiale pour la sécurité des patients, créée en 2004. A l’occasion d’une réunion organisée au bureau OMS de Lyon, sir Liam Donaldson, président de l’Alliance, a présenté les grandes lignes de ce programme.

«UN SOIN propre est un soin plus sûr.» Ce slogan résume le contenu et les objectifs du défi lancé pour la période 2005-2006 par l’Alliance mondiale pour la sécurité des patients. C’est la première pierre d’un édifice à construire. On estime que plus de 1,4 million de personnes dans le monde souffrent d’infections contractées à l’hôpital. Dans certains pays en développement, la proportion peut même dépasser 25 % des malades hospitalisés. Enfin, dans les établissements modernes des pays dits développés, ce sont entre 5 et 10 % des patients admis qui contractent une ou plusieurs infections nosocomiales.

«Le non-respect de l’hygiène des mains par le personnel soignant, le manque d’accès à une eau salubre, ainsi que la désinfection imparfaite des instruments et des surfaces environnantes, sont des problèmes majeurs» souligne Liam Donaldson. D’autres facteurs, tels que le manque de personnel, le taux élevé d’occupation des lits et les transferts de plus en plus fréquents de patients sont aussi «à l’origine de nouveaux risques infectieux». En choisissant le thème de l’hygiène des mains pour ce premier programme,. l’Alliance espère favoriser l’engagement des décideurs politiques, des personnels et gestionnaires d’hôpitaux, ainsi que des associations de patients, dans la lutte contre les infections nosocomiales. Et, surtout, les amener à tester l’application des directives établies par l’OMS sur l’hygiène des mains en milieu médical.

Lutter aussi contre les épidémies. Cette thématique de la propreté vise des objectifs concrets : assurer la sécurité transfusionnelle et la sécurité des injections et des procédures cliniques, ainsi qu’une bonne gestion de l’eau et des déchets sanitaires. «L’hôpital doit rester un lieu de soin et non de transmission des infections», insiste le Dr Stefano Lazzari, directeur du bureau OMS de Lyon. «Avec le sras ou le virus Ebola, nous avons pu constater que l’hôpital pouvait devenir un lieu de diffusion des épidémies, poursuit-il. Ce travail de prévention aujourd’hui lancé contre les infections nosocomiales s’inscrit comme une mesure importante de sensibilisation au contrôle des épidémies.» A ce jour, 185 des 192 Etats membres de l’OMS ont souhaité être impliqués dans ce programme.

Officiellement chargée du projet de lutte contre les infections nosocomiales, en septembre 2004, par la maison mère, l’OMS-Lyon soutient sept programmes ou réseaux européens. La surveillance et le partage des connaissances qui s’y exercent, permettent, in fine, «d’aider les hôpitaux à faire les bons choix», affirme le Pr Jacques Fabry, directeur du Centre de coordination de lutte contre les infections nosocomiales du Sud-Est, basé à Lyon. Pourtant, ces «bons choix» n’ont toujours pas fait de la lutte contre le tabagisme un objectif prioritaire, alors que les experts ont démontré que les fumeurs multipliaient par cinq leur risque de contracter une infection nosocomiale lors d’une intervention chirurgicale. A moins qu’elle ne soit déjà inscrite parmi les nouvelles mesures de lutte contre les infections nosocomiales que le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a promis d’annoncer prochainement.

Source: www.quotimed.com
avatar
mima66
Admin

Nombre de messages : 28
Age : 28
Date d'inscription : 14/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://eas-66.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum