MODULE 1 : Accompagnement d'une personne dans les actes de la vie quotidienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MODULE 1 : Accompagnement d'une personne dans les actes de la vie quotidienne

Message  mima66 le Lun 14 Avr - 16:30

IFAS 2008
LA DEMARCHE DE SOINS :
LE MODELE CONCEPTUEL DE VIRGINIA HENDERSON
La démarche de soins est définie comme le processus par lequel l'infirmier détermine, met en
oeuvre et évalue les actions relevant de son rôle propre, dans le cadre d'un contrat de soins avec la
personne soignée. C'est donc un processus qui guide la prise de décisions et l'action.
L'aide-soignant1 travaille en collaboration et sous la responsabilité de l'infirmier. Les soins qu'il est
habilité à accomplir appartiennent au rôle propre infirmier (article 4 du décret de compétence n°
2002-194 du 11 février 2002, relatif aux actes professionnels et à l'exercice de la profession
d'infirmier) :
« Lorsque les actes accomplis et les soins dispensés relevant de son rôle propre sont effectués dans un
établissement ou un service à domicile à caractère sanitaire, social ou médico-social, l'infirmier peut,
sous sa responsabilité, les assurer avec la collaboration d'aides-soignants, d'auxiliaires de puériculture
ou d'aides médico-psychologiques qu'il encadre et dans les limites de la qualification reconnue à ces
derniers du fait de leur formation. Cette collaboration peut s'inscrire dans le cadre des protocoles de
soins infirmiers mentionnés à l'article 3. »
Les soins qui découlent du rôle propre infirmier ne dépendent pas d'une prescription médicale.
L'infirmier les met en place de sa propre initiative pour le bien-être du patient. Il analyse la situation
et détermine les objectifs à atteindre, ainsi que les interventions adaptées.
Les aides-soignants ne possèdent pas de rôle propre, mais ils accomplissent des soins qui leur sont
délégués par l'infirmier et dont ce dernier garde le contrôle et la responsabilité. Même s'il n'est pas
totalement autonome, l'aide-soignant peut décider de l'opportunité d'un soin de confort et/ou
d'hygiène qu'il jugera utile

I. DEFINITION D'UN MODELE CONCEPTUEL
C'est un ensemble cohérent de valeurs, de principes qui rendent compte de la pratique soignante. Le
modèle permet à l'équipe qui le choisit de clarifier son rôle, ses objectifs et donc d'agir de manière
coordonnée et réfléchie.
Un modèle conceptuel permet de répondre aux questions suivantes :
• Qu'est-ce qu^un être humain, vivant et en santé ?
• Qu'est-ce que le soin, la maladie, la santé ?
• Quel est le rôle de l'infirmier ?
• Quel est le rôle de l'aide-soignant ?
• Que signifient les termes : dépendance, indépendance, autonomie, handicap.
Pour qu'un modèle conceptuel puisse être utile dans la pratique, il doit s'adapter aux personnes qui
l'utilisent et aux patients qu'ils soignent. Le modèle conceptuel le plus utilisé en France est celui de
Virginia Henderson.

II. LE CONCEPT DE SOINS SELON VIRGINIA HENDERSON
Virginia Henderson est née aux États-Unis en 1897. Son intérêt pour le soin des malades se
développe durant la Première Guerre mondiale. Elle devient infirmière en 1921, puis, après des
études, professeur à l'université de Columbia s'intéressant de plus en plus à la pratique des soins
infirmiers, elle fait de recherche et publie de nombreux écrits dont Les principes fondamentaux de
soins infirmiers.
M. Roitg- P.Netzer- N. Pujol 1
IFAS 2008

III. DEFINITION DES SOINS INFIRMIERS SELON VIRGINIA
HENDERSON
« Ils consistent principalement à assister l'individu malade ou en santé à accomplir les activités
qui contribuent à maintenir ou à recouvrer la santé, ou| vivre une mort paisible, qu'il pourrait faire
sans aide, s'il en avait la force, motivation et la connaissance. »
Virginia Henderson place au centre de la pratique infirmière le concept d'indépendance dans la
satisfaction des besoins fondamentaux de l'être humain compte tenu de son état de santé et de son
stade de développement. L'infirmier et l'aide-soignant ont pour rôle d'aider la personne soignée à
accomplir les actions qui sont nécessaires pour que ses besoins soient satisfaits.
Dans le modèle conceptuel de Virginia Henderson, un besoin fondamental est défini comme une
nécessité vitale (tout ce qui est essentiel à l'être humain pour se maintenir en vie et assurer son bienêtre).
Le rôle propre de l'infirmier, comme il est défini précédemment, tend à compenser un manque
d'autonomie dans les fonctions d'entretien et de continuité de la vie.
Il convient à ce stade de préciser certains termes.
·Indépendance : c'est la satisfaction d'un ou de plusieurs besoins de l'être humain par des actions
appropriées qu'il accomplit lui-même ou que d'autres font pour lui selon sa phase de croissance et
de développement, et selon les normes et critères de santé établis.
·Autonomie : c'est la capacité pour l'individu de se gouverner lui-même, de choisir ses règles de
conduite, l'orientation de ses actes et les risques qu'il est prêt à courir. C'est aussi la possibilité
pour une personne d'effectuer, sans aide, les principales activités de la vie courante, qu'elles
soient physiques, mentales, sociales ou économiques, et de s'adaptera son environnement.
La notion d'autonomie implique de facto l'intégrité des fonctions intellectuelles.
Quand la personne n'est plus autonome, on dit qu'elle présente une perte d'autonomie. Cette dernière
peut être psychique, motrice, financière...
·Dépendance : c'est la non-satisfaction d'un ou de plusieurs besoins de l'être humain par des
actions inadéquates qu'il accomplit ou qu'il est dans l'incapacité d'accomplir en vertu d'une
incapacité ou d'un manque de suppléance ou de connaissance.
Il existe une confusion entre autonomie et indépendance. Un individu peut être dépendant (il ne sait
plus marcher] et pourtant être très autonome (il sait comment il veut être aidé, il sait ce qu'il veut
faire ou ne pas faire). De la même manière, une personne peut être indépendante dans la satisfaction
de ses besoins fondamentaux et présenter une perte d'autonomie (ne pas être maître de ses choix :
exemple, perte d'autonomie financière).
IFAS 2008

IV. BESOINS FONDAMENTAUX
Virginia Henderson a identifié 14 besoins fondamentaux. Ils recouvrent tous les aspects de la vie de
l'être humain, toutes ses activités dans leurs dimensions biologiques, psychologiques et sociales :
• respirer,
• boire et manger,
• éliminer,
• se mouvoir et se maintenir en bonne posture,
• dormir et se reposer,
• se vêtir et se dévêtir,
• maintenir sa température dans les limites normales,
• être propre, soigner et protéger ses téguments,
• éviter les dangers,
• communiquer avec ses semblables,
• agir selon ses valeurs et ses croyances,
• s'occuper en vue de se réaliser,
• se récréer,
• apprendre.
Cette liste de besoins fondamentaux permet aux soignants de vérifier qu'ils n'ont pas oublié l'un des
domaines de la vie de l'individu qu'ils soignent et pour lequel celui-ci aurait besoin d'une aide
adaptée.
● Sources de difficultés
Lorsqu'un besoin n'est pas satisfait, le soignant recherche les sources de difficultés. Elles
concernent tout empêchement majeur à la satisfaction d'un ou de plusieurs besoins fondamentaux.
On distingue plusieurs sources de difficultés.
● D'ordre physique
Tout phénomène physique empêchant la satisfaction d'un ou de plusieurs besoins fondamentaux :
• incapacité physique : manque de tonus musculaire, fatigue, hémiplégie, fracture, troubles de
la vision, de l'audition, de la parole...
• déséquilibre ou surcharge de l'organisme ;
• difficultés liées à l'appareillage technique : perfusion, drainage, plâtre...
• difficultés liées aux symptômes d'une maladie...
● D'ordre psychologique
Tout sentiment, émotion, état d'âme, pensée intellectuelle pouvant influencer la satisfaction d'un ou
de plusieurs besoins fondamentaux :
• troubles de la pensée : atteinte de l'état de conscience, atteinte de la mémoire, pathologies... ;
• anxiété ;
• stress (situation de crise : perte d'un être cher, maladie grave, etc.).
M. Roitg- P.Netzer- N. Pujol 3
IFAS 2008
● D'ordre sociologique
• Les difficultés sociales : conflits familiaux et/ou professionnels, perte d'emploi, deuil,
divorce...
• Les difficultés relatives aux valeurs, croyances, religions : discordance par rapport à la race, la
langue, les coutumes, l'éducation, les croyances religieuses et le milieu social.
• Les difficultés environnementales et/ou économiques.
● Liées à un manque de connaissances
Les difficultés concernent différents domaines .-
• personnel : insuffisance de la connaissance de soi,
• contextuel : insuffisance de connaissance ou d'informations sur la maladie, les traitements, les
examens, les conséquences de la maladie et des traitements, etc.
On peut résumer les sources de difficultés de la manière suivante :
• le malade ne peut pas (difficultés physiques, psychiques et sociologiques] ;
• le malade ne veut pas (raison psychologique, anxiété, stress) ;
• le malade ne sait pas (manque de connaissances).[b]
avatar
mima66
Admin

Nombre de messages : 28
Age : 29
Date d'inscription : 14/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://eas-66.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum